Otite séromuqueuse

Otite séromuqueuse: qu’est-ce que c’est ?

L’otite séromuqueuse (OSM) se caractérise par l’existence d’un épanchement séreux derrière la membrane du tympan.

L’OSM est un réel problème de santé publique de part sa fréquence. En effet, 1 à 4 % des enfants entre 3 et 8 ans en sont atteints. Elle est par contre très rare à l’âge adulte.

Son évolution est souvent favorable avec une guérison en quelques semaines ou quelques mois. Mais certaines OSM peuvent se compliquer et devenir chronique.

Touchant essentiellement les jeunes enfants, son incidence sur l’apprentissage du langage peut être importante d’où l’intérêt d’un dépistage et d’un traitement adapté.

Otite séromuqueuse: comment cela marche-t-il ?

Elle se révèle à travers différents signes :

Une baisse de l’acuité auditive

L’enfant augmente le volume du son de la télévision ou de la radio, il change l’écouteur téléphonique d’oreille, il est distrait, il déforme les syllabes, il a une baisse de ses résultats scolaires ;

Une douleur auriculaire

Cette douleur de l’oreille est parfois intermittente, parfois absente, parfois très violente mais fugace notamment lors d’une rhino pharyngite ;

La sensation d’oreille pleine

Cette sensation est assimilée à  » de l’eau restée dans l’oreille » ;

Autres signes

  • Vertige ;
  • Des otites aiguës récidivantes (au moins trois otites en 6 mois).

Comment la découvre t-on ?

L’otite séromuqueuse peut n’être découverte que lors d’un examen médical de routine. Elle évolue donc « à bas bruit », c’est-à-dire discrètement. Son signe majeur reste l’hypoacousie.

Le diagnostic est posé grâce à l’otoscopie qui visualise un tympan rendu plus opaque, plus épais, moins mobile et souvent plus œdématié.

Il est alors souvent nécessaire de pratiquer un audiogramme (examen par lequel on dresse une courbe marquant les seuils d’audition) et une tympanométrie (examen des tympans) afin de confirmer le diagnostic et surtout d’évaluer la perte auditive de l’enfant.

La surdité retrouvée est une surdité de transmission, elle est souvent bilatérale (des deux oreilles) et comprise entre 20 et 40 db (décibels). Un bilan ORL est pratiqué systématiquement à la recherche de facteurs favorisants.

Chez l’adulte, la découverte d’une otite séromuqueuse unilatérale impose un examen au nasofibroscope minutieux afin de déceler une lésion du cavum (partie supérieure du pharynx).

Otite séromuqueuse: d’où cela vient-il ?

Les otites séromuqueuses sont associées à une mauvaise aération de la trompe d’eustache. La trompe d’eustache est un conduit ostéo cartilagineux situé entre le rhino pharynx et la caisse du tympan.

L’oreille moyenne est ventilée trois ou quatre fois par minute lors de l’ouverture de la trompe d’eustache durant la déglutition. L’oxygène est alors absorbé par les vaisseaux de la muqueuse tympanique. Si la trompe d’eustache est obstruée, ces échanges gazeux se font mal, une pression négative s’installe entre la cavité du tympan et les voies aériennes supérieures. Il y a souffrance et inflammation.

Chez l’enfant, la trompe d’eustache est plus courte et plus béante que chez l’adulte. Toute inflammation ou infection des voies aériennes supérieures se propage donc plus vite à la caisse du tympan et la trompe d’eustache est plus vite obstruée.

De même, une hypertrophie des végétations (situées en arrière des fosses nasales) est source d’OSM car elle constitue un foyer infectieux chronique et occasionne une obstruction prolongée de la trompe d’eustache.

Otite séromuqueuse: quels facteurs favorisants ?

Facteurs environnementaux

  • saison hivernale (les OSM guérissent souvent en été) ;
  • enfant vivant en crèche (sur infection fréquente) ;
  • sexe masculin ;
  • tabagisme passif.

Facteurs congénitaux

  • anomalie de la face ;
  • trisomie 21 ;
  • fente palatine.

Le rôle de l’allergie est encore controversé.

Otite séromuqueuse: evolution de l’OSM

L’évolution est souvent favorable avec une guérison spontanée en quelques semaines ou quelques mois.

Certaines otites séromuqueuses se compliquent avec :

  • des épisodes d’OMA récidivants (il y a surinfection de l’épanchement séreux et inflammation aiguë) ;
  • une perforation du tympan ;
  • des séquelles sur le tympan avec fibrose plus ou moins importante ;
  • un passage en cholestéatome.

On ne peut pas reconnaître initialement les otites qui vont guérir spontanément et celles qui deviennent des maladies chroniques de l’oreille.

Otite séromuqueuse: Quel traitement ?

Le traitement est déterminé par la gêne ressentie par l’enfant (fréquence des sur infections avec otites aiguës), par l’importance de la perte auditive et par le stade évolutif de l’otite.

Le traitement peut être médical ou chirurgical.

Traitement médical

On prescrit des antibiotiques généralement associés à des corticoïdes. Les antibiotiques permettent de nettoyer le liquide séreux et de lever l’obstruction tubaire. Des lavages de nez soigneux et répétés sont indispensables. L’apprentissage du mouchage aux grands enfants est impératif. Ces mesures essentielles peuvent être complétées par des cures thermales.

On recherche une carence en fer (source d’infections fréquentes), un terrain allergique éventuel (bien que le lien entre allergie et OSM reste à préciser). Certains proposent des mucolytiques facilitant le drainage des sécrétions voire des immunostimulants (pour éviter les sur infections du liquide séreux et les rhino pharyngites).

Traitement chirurgical

Il est indiqué lors d’otite persistante malgré un traitement médical bien conduit, lors de la survenue de toute complication ou quand le vécu de l’enfant est perturbé (infections répétées, perte auditive importante). Cette chirurgie est exceptionnelle avant l’âge d’un an.

L’intervention consiste en la pose d’aérateurs transtympaniques. Le chirurgien pose des aérateurs en silicone ou en téflon qui vont permettre le drainage des sécrétions et l’aération de l’oreille moyenne. Cette opération est très souvent complétée par l’ablation des végétations, source d’obstruction chronique.

Conclusion

L’otite séromuqueuse est caractérisée par un épanchement séreux persistant derrière la membrane tympanique. Cet épanchement résulte le plus souvent d’une mauvaise aération de la trompe d’eustache.

Cette otite est source d’otites aiguës récidivantes et d’une baisse de l’acuité auditive pouvant gêner l’apprentissage du langage. Son évolution se fait soit vers la guérison spontanée, soit vers des complications. Enfin, elle peu devenir chronique.

Quitter la version mobile