Lithiase salivaire (calculs salivaires)

Lithiase salivaire (calculs salivaires): qu’est-ce que c’est ?

C’est la formation d’un ou plusieurs calculs dans le canal excréteur ou plus rarement à l’intérieur de la glande salivaire.

Lorsque la pression liquidienne devient trop forte, ou lorsque l’on appuie sur la glande, il y a le plus souvent évacuation spontanée du calcul, en même temps qu’un flot de salive envahit la bouche.

Si le calcul est trop gros, il se bloque et il faut une intervention pour le libérer. Pour cela deux méthodes :

  • Par dilatation du canal avec l’injection d’un produit huileux qui « graisse » le conduit et facilite l’expulsion.
  • Par dissection au bistouri.

Une infection peut se détecter en constatant une émission de pus par le canal excréteur, la formation d’une fistule (passage qui se forme de manière anormale) en bouche ou au niveau de la peau.

Traitement

Prévention :

« buvez/éliminez », prenez de la gomme à mâcher, cela fait saliver.

Médicaments :

Antispasmodiques, activateurs de salivation, antibiotiques en cas d’infection.

Moyens mécaniques :

Dilatation du canal et de son orifice.

Chirurgie :

Incision du canal et ablation du calcul, ablation totale de la glande et du calcul.

Dossier : Lithiase salivaire (calculs salivaires): comment cela marche-t-il ?

La lithiase salivaire se caractérise par un gonflement brusque, unilatéral, plus ou moins douloureux d’une glande salivaire. Elle apparaît le plus souvent sous la mandibule, dans la région molaire, généralement au moment des repas quand la sécrétion salivaire augmente.

Il existe deux types de glandes salivaires.

Glandes salivaires à débit variable

Augmenté au moment des repas, ou par l’attrait de nourriture « qui fait saliver ». Ces glandes vont par paire, droite et gauche, et sont relativement volumineuses.

Parotide :

Elle est située en avant et en dessous de l’oreille, en arrière de la branche montante de la mandibule. Son canal excréteur (le canal de Sténon) débouche par un orifice (l’ostium) situé au-dessus de l’espace entre les première et deuxième molaires supérieures.

Sous maxillaire :

Elle est située sous la langue, en position latérale contre la branche horizontale de la mandibule dans la région molaire. Les canaux excréteurs (de Wharton) des glandes droite et gauche émergent de part et d’autre du frein lingual (de la langue), en arrière des incisives inférieures, contre l’os mandibulaire. On peut apercevoir les excroissances des ostium en soulevant la langue en arrière, et les sentir en en passant la pointe dessus.

Sub linguale :

Elle est plus petite que les deux précédentes. Elle est située en avant de la sous-maxillaire, à côté du frein de la langue. Les canaux excréteurs droit et gauche sont distincts des Wahrton, ou fusionnent avec.

Glandes salivaires à sécrétion continue

Ce sont de petites glandes disséminées dans toute la cavité buccale au niveau des lèvres, des joues, du palais, de la langue.

Formation du calcul

Qu’est-ce qu’un calcul ?:

C’est une masse dure, calcaire, qui se forme par précipitation des sels minéraux en suspension dans la salive. Remarquons au passage, que ces mêmes sels, lorsqu’ils se déposent sur les dents, forment le tartre. Blanc jaunâtre, sa surface est rugueuse, granitée. Il peut devenir plus gros qu’une olive.

Facteurs favorisants :

Stagnation salivaire, baisse de la sécrétion, augmentation de la concentration en sels minéraux, modification de l’acidité salivaire lors d’une infection etc., mauvais état buccal favorisant les infections.

Cercle vicieux :

Le calcul constitue un obstacle qui augmente la stagnation et les risques d’infection qui, à leur tour, en facilitent le grossissement par accélération des dépôts calcaires.

Lithiase salivaire (calculs salivaires): lithiase sous maxillaire

C’est la plus fréquente. Elle peut se déclencher à tout âge. Le calcul siège au niveau du canal excréteur, plus rarement dans la glande.

Symptômes : hernie salivaire

Elle se caractérise par un gonflement brusque sous la langue au moment d’un repas ou d’une autre cause d’augmentation du débit salivaire. Ce gonflement assez douloureux déforme la peau sous la mandibule. La douleur irradie dans la langue et le plancher de la bouche du côté atteint.

Ce phénomène dure peu. Il cesse avec la production d’un jet de salive et une sensation de sable ou de caillou dans la bouche, s’il y a expulsion spontanée. En l’absence de traitement, ces signes se répètent à intervalles plus ou moins réguliers.

Evolution

La maladie évolue vers la dilatation du canal en amont du calcul, accompagnée d’une stagnation salivaire. Le tarissement du flux salivaire favorise la pénétration microbienne dans le canal.

Complications

Elles peuvent survenir d’emblée ou après plusieurs crises de rétention salivaire.

Calcul intra-canalaire (whartonite) :

  • Infection canalaire (whartonite) : la zone sub-linguale (sous la langue) est rouge, douloureuse, tuméfiée. Il existe une douleur irradiée dans les zones adjacentes. Le canal de Wharton présente une tuméfaction en amont du calcul. La palpation permet de sentir le calcul et fait sourdre du pus à l’ostium. Il y a parfois une fistule muqueuse : l’infection fragilise les parois canalaires.
  • Infection péricanalaire (péri whartonite) : l’abcès atteint le plancher de la bouche. La langue est soulevée par la tuméfaction. On ressent de la difficulté à avaler, accompagnée de douleurs irradiées vers l’oreille.

Calcul intra glandulaire :

  • Infection glandulaire (sous maxillite) et/ou phlegmon sous mandibulaire : la zone située sous la mâchoire est gonflée, douloureuse. La déglutition et la mastication sont difficiles. On constate la présence de pus à l’ostium, et parfois une fistule cutanée.
  • Sous maxillite chronique : la glande est gonflée, la tuméfaction est ferme. Sclérose de la glande.

Traitement

Traitement médical :

Il s’adresse surtout aux petits calculs et vise à faciliter leur expulsion spontanée.

  • Antispasmodique : la présence du calcul provoque une contraction réflexe augmentant sa rétention dans le canal. L’antispasmodique modère ou supprime cette réaction.
  • Sialagogues : ce sont des produits qui, activant la salivation, combattent la stagnation salivaire. (teinture de Jaborandi, sulfarlem).
  • Antibiotiques : utilisés pour combattre une surinfection.
  • Moyens mécaniques : en dehors des poussées aiguës. Avec des aiguilles à bout arrondi de diamètre croissant. On dilate l’ostium et on pénètre avec précaution dans le canal pour ne pas perforer, ni refouler le calcul vers la glande. L’injection d’un produit de contraste huileux lors d’un examen radiographique (sialographie) peut favoriser une expulsion du calcul.

Traitement chirurgical :

  • Ablation du calcul par voie endo-buccale. Selon la position du calcul intervention sur l’ostium ou sur le canal.
  • Incision d’un abcès : parfois le calcul vient avec le pus.
  • Ablation de la glande sous maxillaire par voie cutanée, sous la mandibule.
  • Chirurgie des fistules salivaires : elles sont difficilement tarissables.

Lithiase salivaire (calculs salivaires): lithiase parotidienne

Elle est moins fréquente, mais comparable à la lithiase sous maxillaire.

Symptômes

Le calcul est souvent de petite taille. Les coliques et hernies salivaires sont rares. Le signe d’appel est souvent une tuméfaction douloureuse rétro mandibulaire ou un abcès de la joue. Les complications infectieuses sont plus fréquentes.

Traitement

Il est fonction de la localisation du calcul.

  • Calcul antérieur du canal de Sténon : chirurgie par voie endo buccale.
  • Calcul postérieur : par voie cutanée, risque de fistule.
  • Calcul intraglandulaire : ablation de la parotide.

Autres localisations glandulaires

Les autres lithiases sont exceptionnelles.