Comment tomber enceinte ?

Comme la majorité des femmes, un de vos plus grands désirs est d’avoir un enfant. Malheureusement, après de nombreux essais infructueux, rien ne se passe et vous finissez pour vous demander comment tomber enceinte. A l’heure d’aujourd’hui, près de 70 000 couples sont dans votre cas, chiffre qui ne cesse d’augmenter d’années en années. Et plus le temps passe, plus vos chances se réduisent. En effet, une femme de 35 ans a deux fois moins de chances de donner la vie qu’une femme de 20 ans, alors ne perdez pas de temps. A cause d’une fertilité impossible à résoudre sans traitements lourds dans les pires des cas, ou tout simplement à cause de mauvaises habitudes dans votre mode de vie, votre environnement ou alors dans votre alimentation ; nous allons nous pencher avec vous sur ce qui est une entrave à votre désir de tomber enceinte et sur les solutions qui pourraient vous aider, la majorité du temps, à sortir de l’impasse, sans avoir recours à des méthodes médicales souvent contraignantes.

Pourquoi je n’arrive pas à tomber enceinte ?

Le stress diminue vos chances de tomber enceinte …

Tout le monde le sait, le stress est mauvais pour la santé. Suite à des phases chroniques d’angoisse, de nombreuses maladies plus ou moins graves peuvent survenir comme, par exemple :

  • des ulcères
  • de l’eczéma
  • de l’hypertension
  • des troubles cardiovasculaires
  • des troubles de la mémoire
  • de l’asthme
  • des crises d’acné

Bien évidemment, le stress peut être un facteur aggravant dans les troubles de la fertilité. Dans un premier temps, un stress anormalement élevé entraînera des modifications hormonales telles que le retardement de la libération d’un ovule, ou tout simplement le blocage complet de celui-ci. Dans un second temps, le stress va avoir un impact indirect. En effet, lorsque vous êtes stressée, vous modifiez de manière inconsciente vos habitudes alimentaires ou de votre quotidien. Vous fumez plus, consommez plus d’alcool, dormez moins bien ou consommez plus de café ; des habitudes qui, vous le savez, ne font pas bon ménage avec le souhait de tomber enceinte.

Alcool, tabac, des toxiques à bannir …

Parmi les produits néfastes à votre fertilité, certain se montrent particulièrement nocifs. Le tabac, l’alcool et les drogues sont des substances que vous devez impérativement éviter.

Le tabac

15%. C’est le pourcentage de chances qu’une femme qui fume a de moins qu’une femme qui ne fume pas de tomber enceinte de manière naturelle ou en aide médicale à la procréation. Le tabac est donc un frein à votre fertilité. Le tabac (comme le cannabis d’ailleurs) provoque une baisse du nombre d’ovocytes, des chances moindres d’implantation des embryons et des conséquences directes sur le bébé pour les femmes qui parviennent à tomber enceinte. Le tabagisme passif est, dans une moindre mesure, lui aussi néfaste. La seule chose que nous pouvons vous conseiller : arrêtez totalement la cigarette et éloignez vous des personnes qui fument.

L’alcool

Comme le tabac, l’alcool réduit de manière significative vos chances de tomber enceinte. Bien que les problèmes d’alcool concernent en règle générale plus les hommes que les femmes, vous devez, comme pour le tabac, vous abstenir le plus possible de consommer des boissons alcoolisées.

La pollution qui vous entoure

Pour celles qui habitent en milieu urbain, les gaz d’échappement et les résidus pétroliers sont bien sûr des facteurs qui peuvent avoir un impact sur la fertilité. Pour celles qui habitent à la campagne, d’autres substances s’avèrent toxiques comme les pesticides et les herbicides. D’un point de vue plus général, les produits suivants ont, eux aussi, des impacts négatifs :

  • les colorants capillaires
  • les solvants
  • les encres
  • certains médicaments

Vous pouvez aussi chercher à privilégier une alimentation issue de l’agriculture biologique ou alors éviter au maximum les plats cuisinés, pas souvent réputés pour la qualité des aliments qu’ils contiennent.

Les mauvaises habitudes alimentaires

Faire attention à ce que l’on mange c’est important, et encore plus lorsque l’on désire tomber enceinte. Deux aliments sont à consommer avec modération : le café et le sucre.

Le sucre

Vous devez éviter de consommer de la nourriture trop riche en sucre. Privilégiez les fruits rouges, les légumes et fruits secs, des céréales. Si vous voulez vous faire plaisir, vous avez le droit au chocolat noir.

Le café

La caféine a des effets prouvés sur la fertilité avec, notamment, une baisse du nombre d’ovocytes proportionnelle à la consommation de café. Un autre conseil : pas plus de deux tasses de café par jour. Favorisez … le gras. Difficile à croire, mais certaines graisses ont des effets bénéfiques. Privilégiez les graisses polyinsaturées et les Oméga 3 et 6 que vous pouvez trouver dans l’huile de colza et les poissons. Privilégiez aussi les laitages entiers plutôt que les « 0% ».

Que faire pour tomber enceinte ?

Choisir le bon moment : la période de fertilité

Un excellent indicateur de la période de la fertilité chez les dames qui cherchent à tomber enceinte rapidement est la glaire cervicale, sécrétée par les cellules du col de l’utérus, dont le but est de protéger les spermatozoïdes contre les conditions hostiles du vagin et fournir un appoint énergétique aux spermatozoïdes. Sa longueur peut atteindre 10 cm en période préovulatoire. Un simple rapport sexuel rapport peut déclencher une fécondation, s’il a lieu pendant la période l’ovulation. Généralement, La période d’infécondité commence au 2e jour après l’ovulation et s’étend jusqu’aux règles suivantes.

Vous pouvez utiliser notre calculatrice pour déterminer votre date d’ovulation

Surveillez votre poids …

C’est un sujet complexe qui peut varier d’une femme à une autre, mais le poids a une incidence sur la fertilité. Mais si certaines limites sont dépassées (trop maigre ou trop grosse), la fertilité peut s’en trouver chamboulée. Dans la majorité des cas, un IMC situé entre 19 et 24 est recommandé. D’après les statistiques, l’excès de poids a un impact non négligeable. En effet, les chances de tomber enceinte après un an de tentatives, sont augmentées de 30% en cas de sur-poids et de 80% en cas d’obésité. Ajoutons à ça des risques de fausses couches de plus 33% ou des risques de complications pour l’enfant comme des malformations par exemple. Dans le cas contraire, être trop mince est également un frein à la fertilité. Les ovaires ont besoin d’un certain apport en graisse, et un manque de cette dernière diminue radicalement la fertilité. Les sportives de haut niveau se trouvent souvent confrontées à ce problème de part leur masse musculaire trop grande par rapport à leur masse

Changez vos habitudes

En plus de vos habitudes alimentaire et la suppression de certains produits néfastes comme le tabac ou l’alcool, quelques petites habitudes peuvent booster votre fertilité.

Faites du sport

Cela a été prouvé, une activité physique régulière a un impact positif sur la fertilité. Nul besoin de vous astreindre à des séances intensives, il suffit de privilégier la marche à pied à la voiture pour les courtes distances ou alors de prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur.

Arrêtez la pilule

Ceci est évident. Ce qui l’est moins, c’est qu’après l’arrête de la pilule, votre système ovarien va avoir besoin d’un temps pour reprendre son rythme normal. Stopper la pilule entre 2 et 4 mois avant de vouloir tomber enceinte est généralement conseillé.

Des vitamines qui vous veulent du bien …

En complément d’une alimentation saine et équilibrée, certaines vitamines peuvent augmenter vos chances de tomber enceinte :

l’acide folique (vitamine B9) est une vitamine nécessaire à la croissance de l’embryon. Il est conseillé d’apporter 0,4 mg à partir de deux mois avant de tomber enceinte.
la vitamine D, dont les besoins quotidiens sont de 0,5 microgrammes est nécessaire pour améliorer les chances de concevoir.
la vitamine C et E sont également conseillées

Les traitements médicaux …

Bien sûr, avant d’avoir recours à ce genre de traitements, consultez votre médecin qui saura mieux vous aiguiller. Voici néanmoins une liste non exhaustives des médicaments les plus couramment prescrits pour les femmes éprouvant des difficultés à tomber enceinte :

Le clomid (citrate de clomifène)

30% des femmes ayant eu recours à ce traitement sont tombées enceinte au cours du 3ème. Le traitement ne doit pas dépasser 9 cycles. Ce médicament présente certains effets secondaires comme des nausées, des bouffées de chaleur, des grossesses multiples ou des fausses couches.

Les gonadotrophines

En cas d’échec du Clomid, les gonadotrophines sont prescrites. Ces dernières favorisent la maturation des follicules et se présentent sous forme d’injections en début de cycle. Des stylos auto-injectables sont fournis aux patientes qui leur permettent de s’injecter une dose de manière autonome sans aucune aide. Ces injections doivent néanmoins s’effectuer à intervalles réguliers.